Où sont les cheffes ?

© Thibault Larcher
© Thibault Larcher

DOSSIER | Face à l’assiette, rien ne permet de deviner si un homme ou femme était aux fourneaux. Pourquoi donc souligner ainsi le sexe du cuisinier ? C’est que les femmes sont bien souvent les oubliées des récompenses. En attendant que la chose s’équilibre, petit coup de projecteur sur les cheffes de Grenoble.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Le phénomène des escape games à Grenoble

escape8
© Pascale Cholette

DOSSIER | Plongée dans l’univers des escape games, un loisir tendance qui fait marcher les méninges tout en étant ludique. Le succès est tel que Grenoble compte huit enseignes différentes. On s’est demandé sur quoi reposait un tel engouement.

Pour lire l’article, cliquez ici.

La collection d’Antoine de Galbert porte haut les cœurs au musée de Grenoble

Collection Antoine de Galbert
© Célia Pernot

FOCUS | Le Musée de Grenoble expose les « Souvenirs de voyage » d’Antoine de Galbert, important collectionneur français d’art contemporain, du 27 avril au 28 juillet 2019. On est souvent ému, parfois secoué, rarement de marbre. Le parcours proposé, conçu par ce Grenoblois d’origine, nous en dit autant sur sa personnalité de collectionneur que sur notre nature de spectateur.

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici

On parle comment chez les jeunes ?

Rubrique linguistique | Décryptage d’expressions utilisées chez les 15-25

YOLO
Au XVIe siècle, Ronsard déplorait que la beauté des fleurs soit si éphémère. Dans « Mignonne, allons voir si la rose », il exhortait ainsi son interlocutrice à profiter de la vie et, indirectement, à lui céder. C’était le « carpe diem ». En latin, littéralement, « cueille le jour ». Aujourd’hui, économie de mots oblige, on dit plutôt : « yolo » (« You Only Live Once », en anglais, « on ne vit qu’une fois »). L’histoire ne dit pas si cette petite phrase, à la sagesse universelle, évite de finir « dalleux ». Car le dalleux, qui souffre d’une faim plutôt métaphorique, aimerait beaucoup profiter de la vie mais il peine à séduire son prochain…

Pour lire les autres décryptages parus dans le magazine Phosphore, cliquez ici

Jean-Marc Rochette, l’aventurier

Rochette©PascaleCholette
© P. Cholette

Dans tout ce qu’il entreprend (alpinisme, bande dessinée, peinture, sculpture, lutte contre le nucléaire…), Jean-Marc Rochette semble habité par un pur esprit d’aventure. Par une force aussi que lui a léguée sa mère, qui l’a élevé seule. Rencontre avec cet enfant de Grenoble, fasciné par la beauté des montagnes.

Article publié dans Vivre à Grenoble # 11

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici.

Le rappeur Kery James à la MC2 pour sa pièce À Vif : « Au théâtre, je suis là où on ne m’attend pas. »

COUV_PHOTO_AVif_©Nathadread_01
© Nathadread

ENTRETIEN | Le rappeur Kery James jouait à la MC2, du 13 au 16 mars, dans la pièce À Vif, dont il est aussi l’auteur. On y retrouve les thématiques phares de ses titres : l’état des banlieues, les discriminations, la nécessité de s’extraire de sa condition… Autant de sujets qui font dire de lui qu’il est un rappeur politique et, désormais, qu’il est aussi un auteur et acteur engagé, qui donne matière à penser à un public encore plus large. On parle avec lui de ce passage de la scène rap à la scène théâtrale.

Article paru sur Place Gre’net

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici

Affichage sauvage versus street art officiel : un cas exemplaire à Grenoble

fresque
© A. Duminy

FOCUS | La troisième édition du Grenoble Street Art Fest se tiendra du 7 au 25 juin dans l’agglomération grenobloise. Malheureusement pour le centre d’art Spacejunk, l’organisateur, et pour les élus de la Ville de Grenoble présents, la conférence de presse du mardi 23 mai a été légèrement chahutée par un mystérieux collectif dénommé Banksy. Lequel s’est insurgé contre une délibération, prise le 19 décembre 2016 par la municipalité, visant à punir l’affichage sauvage via la distribution d’amendes. Explications.

Article paru sur Place Gre’net

François and the Atlas Mountains : “Culturellement, on est tombé dans le royaume de la forme sans le fond”

COUV_FrançoisAndTheAtlasMountains
DR

ENTRETIEN | Le groupe François and the Atlas Mountains était à la Belle électrique, salle de musiques actuelles grenobloise, jeudi 18 mai. L’occasion de découvrir les morceaux de son nouvel album, Solide Mirage, sorti en mars 2017. La pop y reste légère et nourrie de multiples influences mais le propos s’est nettement politisé. François Marry, leader du groupe, nous explique à quel besoin répond ce virage.

Article paru sur Place Gre’net

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici.

Troublant Fantin-Latour au musée de Grenoble

FantinLatour©PascaleCholette
© Pascale Cholette

FOCUS | Après son coup d’éclat avec Kandinsky, le musée de Grenoble dédie une rétrospective à un peintre autrement plus classique, mais non moins fascinant. Fantin-Latour À fleur de peau, du 18 mars au 18 juin 2017, propose un parcours complet au sein de l’œuvre de ce natif grenoblois qui a marqué le genre de la nature morte au XIXe siècle. Via cette exposition, on découvrira que l’homme ne se résume pas à cela, même si c’est bien à cet endroit que son génie se révèle avec le plus de force.

Article paru sur Place Gre’net

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici

Riad Sattouf : « Il est impensable pour moi de me censurer. »

 

couv_riad-sattouf-olivier_marty_allaryeditions
© O. Marty

ENTRETIEN | Il est l’un des auteurs de bandes dessinées contemporains les plus lus à travers le monde. Riad Sattouf, également réalisateur, doit cette reconnaissance aux trois tomes de sa bande dessinée autobiographique L’Arabe du futur (deux tomes sont à venir avant de clore la série). À l’occasion de la sortie du tome 2 de son autre BD à succès, Les Cahiers d’Esther, l’auteur visitera, le 7 mars, deux librairies grenobloises : la librairie Momie Folie et la librairie Le Square. Avant de s’adonner à ces séances de dédicace – exercice qu’il prise fort –, Riad Sattouf a accepté de répondre à nos questions.

Article paru sur Place Gre’net

Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ici